NAN ET REVERIES POESIE

la poesie est notre passion qu'on aimerait vous faire partager
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Première rencontre
Hier à 20:36 par jeancharles

» La vie sans toi
Lun 18 Mar - 11:45 par jeancharles

» tu me manque
Mar 5 Mar - 22:09 par jeancharles

» bonne fete mamie
Lun 4 Mar - 16:13 par jeancharles

» Écoute la voix de ton ange
Mer 27 Fév - 21:11 par jeancharles

» ton homme enfant
Mer 27 Fév - 21:03 par jeancharles

» Écoute rêverie
Dim 24 Fév - 20:09 par jeancharles

» bonne fete fete de st valatin
Jeu 14 Fév - 11:49 par jeancharles

» écrie l histoire
Dim 10 Fév - 16:44 par jeancharles

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Meilleurs posteurs
jeancharles
 
BRIGITTE
 
Janedeau
 
epervier
 
reveries
 
Roselène
 
Maxipapy
 
Mustang
 
mespoemedu90
 
eoliane
 

Partagez | 
 

 CHAPITRE 2

Aller en bas 
AuteurMessage
jeancharles
Admin
jeancharles

Messages : 849
Points : 1897
Réputation : 3
Date d'inscription : 24/10/2008
Age : 52
Localisation : sommes

MessageSujet: CHAPITRE 2   Dim 23 Nov - 14:30



CHAPITRE 2


Remontons un moment plus tôt dans la journée. Vers 10h, DOMINGO quitta ESPERANCE pour aller rejoindre sa mère qui lui avait passé un coup de fil urgent. Dans sa voiture, il pensa au moment où il avait rencontré celle-ci. Très pressé, buvant son café, il se dépêchait de rejoindre sa voiture quand il accrocha une très jeune fille brune aux yeux verts émeraude. Sur le coup, il se mit en colère malgré ses torts mais celle–ci retomba vite devant les beaux yeux de la jeune fille et de son rire cristallin.

A trente ans, jamais celui-ci n’avait ressenti une telle émotion ! Pourtant il avait eu beaucoup de femmes dans sa vie et des aventures qui n’avaient guère durées. Il aimait trop sa liberté, il n’était pas encore prêt à se caser. Chirurgien renommé, il passait la plus part de son temps dans sa clinique à opérer les gens.

Espérance : « Je crois que je vais vous devoir un pressing et un café ! »

Il la regarda longuement. L’envie de la connaitre était démesurée chez lui : « Il ne tient qu’à vous pour le café, lui dit il ! Et il lui désigna un bistrot pas très loin ! Si vous le désirez, bien sur. Je ne voudrai pas m’imposer ! Je m’appelle Domingo Ramirez et vous jeune demoiselle ? »

« Espérance Libertiny, enchantée de vous connaitre Domingo ! Je suis vraiment navré pour votre polo ! »

Ils passèrent une heure à bavarder et à faire connaissance ! Il avait complètement oublié son rendez vous important. C’est comme ça qu’il apprit que celle-ci avait pris une année sabbatique pour trouver sa voie et son chemin dans la vie. Elle ne manquait pas d’argent mais cela ne l’empêchait pas de rester une jeune fille simple et douce, non imbue de sa personne .Orpheline depuis l’âge de 10 ans, elle gardait pour son tuteur très peu d’estime et d’affection !

Elle avait très envie de visiter et de connaitre bien des coutumes et mœurs de divers pays ! Elle connaissait plusieurs langues et aurait pu devenir interprète. Là elle s’était arrêtée près des chutes du Niagara, pas très loin de la clinique de Domingo, très impressionnante aux yeux d’une érudit.

Ne voulant pas la laisser comme ça, il l’invita à souper le soir même. Elle accepta volontiers pour la plus grande joie de celui-ci. Son cœur battait comme un collégien. Il partit à sa clinique annuler ses rendez vous et remettre quelques unes de ses opérations entre les mains de son meilleur ami, un imminent chirurgien lui aussi.

BERTRAM : « Et bien Domingo, c’est très rare que tu laisses ta place à quelqu’un d’autre, même à ton meilleur ami ! Soit tu es amoureux, soit il se passe quelque chose de grave chez ta mère ? »

DOMINGO : « Stop, tu es un petit peu trop curieux ! Et non il ne se passe rien de grave chez ma mère et oui j’ai rendez vous avec une charmante beauté ! »

BERTRAM : « Alors comme ça tu es amoureux, je n’arrive pas à y croire ! Tes yeux brillent de mille éclats ! Raconte ! »

DOMINGO libéra son cœur à son ami, le laissant pantelant d’attendre la suite pour savoir comment ça allait se passer entre eux deux….

_________________
mes muses sont mes deux femmes que j'aime ma reveries et ma maman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CHAPITRE 2
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» Bleach - Chapitre 298 BKT
» Semaines sans chapitre
» FMA Chapitre 79!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NAN ET REVERIES POESIE :: LITTERATURE :: ROMAN:L' AMOUR PEUT PARFOIS FAIRE MAL-
Sauter vers: