NAN ET REVERIES POESIE

la poesie est notre passion qu'on aimerait vous faire partager
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» tu manque macherie
Mar 15 Jan - 17:36 par jeancharles

» MANON ET RICHARD
Dim 29 Juil - 16:54 par jeancharles

» TU ES INNOUBLIABLE PAPA
Lun 18 Juin - 18:05 par jeancharles

» J AI ENVIE DE CROIRE
Dim 3 Juin - 22:43 par Janedeau

» MON COMBAT POUR MA VIE
Dim 3 Juin - 22:41 par Janedeau

» BONNE FETE DES MAMANS
Dim 27 Mai - 19:09 par jeancharles

» JOYEUX ANNIVERSAIRE
Mer 25 Avr - 18:08 par jeancharles

» MON PAPA D’AMOUR
Dim 22 Avr - 15:52 par jeancharles

» VOLE JOLIE PLUME D’ENCRE
Mar 20 Mar - 15:54 par jeancharles

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Meilleurs posteurs
jeancharles
 
BRIGITTE
 
Janedeau
 
epervier
 
reveries
 
Roselène
 
Maxipapy
 
Mustang
 
mespoemedu90
 
eoliane
 

Partagez | 
 

 chapitre 3

Aller en bas 
AuteurMessage
jeancharles
Admin
avatar

Messages : 836
Points : 1858
Réputation : 3
Date d'inscription : 24/10/2008
Age : 52
Localisation : sommes

MessageSujet: chapitre 3   Dim 30 Nov - 20:41



A l’heure prévue il se dirigea vers à l’hôtel où ESPERANCE avait posé bagages. Qu’elle ne fut sa surprise quand son hôtesse vint lui ouvrir la porte ! L’ambiance de la suite était, on ne peut plus romantique. Bougies d’ambiance, table mise pour deux, musique douce et romantique étaient à l’ordre du jour.

Celle-ci portait une robe d’hôtesse très sexy mais ne laissant voir que peu de choses ! Par contre celle-ci la moulait comme une seconde peau. DOMINGO avait apporté une douzaine de roses rouges qu’elle accepta en rougissant.

Ils se regardèrent un long moment perdu l’un dans l’autre, yeux dans les yeux comme hypnotisés l’un par l’autre. Puis s’approchant d’elle il prit possession de ses lèvres, doucement tout d’abord et passionnément ensuite. Ils étaient atteint de la fièvre de l’amour et de la passion tous les deux.

Ses mains caressèrent sa nuque puis descendirent le long de sa colonne vertébrale, lui communiquant des frissons sensuels. Celles de la jeune fille s’aventurèrent sous sa chemise. Ils tremblaient d’émotion tous les deux. Elle sentit l’emprise qu’elle avait sur lui et celle qu’il avait sur elle.

La fièvre et la faim de leurs corps et de leurs cœurs qu’ils avaient l’un de l’autre les conduisirent à l’acte d’amour. Il lui prit son innocence avec amour et passion et elle se donna à lui sans rien demander en retour. Ils passèrent la nuit ensemble, ne voulant plus se quitter !

Il passa ainsi deux mois entre sa clinique et elle, sa femme enfant ! Puis il y eut ce maudit coup de fil de sa mère qui l’inquiéta et qui allait détruire ce bonheur nouveau. Arrivé chez elle, il se précipita dans son boudoir craignant le pire.

Il y avait avec elle une jeune femme de son âge et un tout jeune enfant d’à peu près trois ans, très timide, accroché à elle. Il la reconnut car elle avait un des meilleurs moments de sa vie, sa maitresse, il y a un peu plus de trois ans.

DOMINGO : « Bonjour Myriam comment vas-tu ? Et toi mère que se passe-t-il ? Pourquoi ce coup de fil ? Tu m’inquiètes, tu es malade ? Bonjour petit bonhomme ! »

MYRIAM très blanche : « Bonjour DOMINGO, j’ai besoin de toi ! Je te présente ton fils ALEJANDRO ! Il est très malade et il a besoin de toi ! Il a besoin que tu lui fasses don d’un peu de ta moelle osseuse ! »

DOMINGO interdit, regarda la jeune femme et le petit garçon, tout en murmurant : « Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? Pourquoi me l’avoir caché ? Je t’aurai aidé et reconnu notre enfant ! »

MYRIAM : « Je te demande pardon pour ça mais tu ne voulais pas d’enfant à ce moment là ! Malgré nos précautions je me suis retrouvée enceinte et je n’ai pas voulu me séparer de ce petit bout qui grandissait en moi ! Je suis très malade DOMINGO et notre enfant aussi.

Tu es un très grand chirurgien ! Tu ne peux plus rien pour moi mais lui a toute une vie devant lui ! Essaye de sauver notre enfant s’il te plait ! C’’est un petit être innocent et tellement merveilleux. Il sait qui tu es mais il est très timide ! »

DOMINGO n’était pas quelqu’un de rancunier et son cœur fondait devant le regard de son enfant. Au contraire il avait un cœur et il reconnut volontiers que quand il avait connu celle-ci il n’était vraiment pas prêt à être père !


A suivre prochain chapitre

_________________
mes muses sont mes deux femmes que j'aime ma reveries et ma maman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeancharles
Admin
avatar

Messages : 836
Points : 1858
Réputation : 3
Date d'inscription : 24/10/2008
Age : 52
Localisation : sommes

MessageSujet: Re: chapitre 3   Dim 30 Nov - 20:46

brevo

_________________
mes muses sont mes deux femmes que j'aime ma reveries et ma maman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
chapitre 3
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» Bleach - Chapitre 298 BKT
» Semaines sans chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NAN ET REVERIES POESIE :: LITTERATURE :: ROMAN:L' AMOUR PEUT PARFOIS FAIRE MAL-
Sauter vers: